G |

Geoffroy Saint-Hilaire, Etienne (1772-1844) et sa famille

Etienne Geoffroy Saint-Hilaire (né en 1772) et André Marie Constant Duméril (né en 1774) sont amenés plusieurs fois à briguer les mêmes postes au cours de leurs carrières de naturalistes. Duméril reste en relation avec la famille Geoffroy Saint-Hilaire (lettres de 1844).

Le discours qu’André Marie Constant Duméril prononce après le mort de Geoffroy Saint-Hilaire paraît dans La Gazette Médicale de Paris (lire en annexe) – et Isidore Geoffroy Saint-Hilaire prononce un discours à la mort d’André Marie Constant Duméril.

Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844)

Fils d’un magistrat à Etampes, Geoffroy Saint-Hilaire est destiné à la prêtrise. Les idées révolutionnaires l’en détournent, et il se dirige vers des études médicales. Il suit les cours de Daubenton au Collège de France et de Fourcroy au Jardin des Plantes. Grâce à son professeur Haüy il est introduit auprès des scientifiques de son temps (Lavoisier, Berthollet). Avec les recommandations de Daubenton et Haüy, Bernardin de Saint-pierre, Intendant général du Jardin des Plantes, le nomme sous-démonstrateur au Cabinet d’Histoire naturelle (1793). Au Muséum nouvellement créé, il occupe la chaire de zoologie et organise la ménagerie. Il fait venir le jeune Georges Cuvier. André Marie Constant Duméril bénéficie de son soutien et de celui de Cuvier pour entrer à la Société philomathique (1796). Geoffroy Saint-Hilaire participe à l’expédition scientifique qui accompagne Bonaparte en Egypte. Durant ce voyage (1798-1801), il recueille de nombreuses observations zoologiques (ses lettres écrites d’Egypte aux professeurs du Muséum sont publiées). Il est élu membre de l’Académie des sciences (septembre 1807), en remplacement de Broussonet décédé en juillet. La même année, il est choisi pour visiter les muséums du Portugal afin de se procurer des collections d'animaux du Brésil (André Marie Constant Duméril fait allusion à ce voyage) ; à la différence du pillage systématique habituel, il propose des échanges et apprend aux portugais l’art de classer leurs collections.

En 1810, il devient professeur de zoologie à la faculté des sciences de Paris. En 1818 paraît le premier tome de la Philosophie anatomique dans laquelle il développe sa méthode en anatomie comparée. En 1820 il étend le concept d’unité de composition des vertébrés aux insectes, et en 1830, aux mollusques. S’il publie avec Cuvier une Histoire naturelle des mammifères (1824-1842), ses idées transformistes, proches de celles de Lamarck, le conduisent à affronter Cuvier, résolument fixiste, devant l'Académie des sciences. la controverse devient publique et internationale en 1830. André Marie Constant Duméril est mêlé à ces querelles intellectuelles et de carrière. Les élèves de Cuvier, après sa mort (1832), continuent d’attaquer les positions de Geoffroy Saint-Hilaire. Il est président de l'Académie des sciences en 1833 et membre de l'académie nationale de médecine. Devenu aveugle et paralysé, il démissionne de sa chaire au Muséum (1841) où lui succède son fils Isidore. André Marie Constant Duméril prononce à sa mort un discours, qui est publié (voir en annexe).

En 1804, à 34 ans, Etienne Geoffroy Saint-Hilaire épouse Pauline Brière de Mondétour (1785-1876). L’année suivante naît leur fils Isidore suivi, en 1809, de jumelles.

**

Isidore Geoffroy Saint-Hilaire (1805-1861)

Isidore Geoffroy Saint-Hilaire est élu Membre de l'Académie des sciences en 1833 (section d'anatomie et zoologie). Il succède à son père lorsque celui-ci démissionne de sa chaire au Muséum (1841) ; il devient ainsi « le confrère » d’André Marie Constant Duméril (lettre du 12 septembre 1844), puis d’Auguste Duméril qui a également succédé à son père. Il fonde la Société impériale zoologique d'acclimatation (1854), ancêtre de l’actuelle Société nationale de protection de la nature. Il est président de l'Académie des sciences (1856-1857) et membre de l'académie nationale de médecine. Les recherches d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire sur les anomalies qui surviennent au cours du développement embryonnaire font progresser la tératologie expérimentale. Au nom du Muséum Isidore Geoffroy Saint-Hilaire prononce un discours à la mort d’André Marie Constant Duméril.

Son épouse Louise Blacque (1809-1855), est fille de François Charles Blacque, membre de la Société d’acclimatation. Ils ont deux enfants :

- Albert Geoffroy Saint-Hilaire (1835-1919), qui est directeur du Jardin d’acclimatation du Bois de Boulogne, ouvert en 1859. Il épouse en 1867 Marthe Ravisy (1849-1895).

- Anaïs Louise Pauline Geoffroy Saint-Hilaire (1831-1885)

*

Stéphanie Geoffroy Saint-Hilaire, l’une des sœurs d’Isidore, fréquente Lise Marcel, épouse d’Agricol Perdiguier. Avec George Sand et d’autres amis, elle fait des démarches pour favoriser le retour de Perdiguier, exilé après le coup d’Etat (1852).

[D’après, en particulier : Hervé Le Guyader, Etienne Geoffroy Saint-Hilaire, 1772-1844, un naturaliste visionnaire, 1998, Belin]


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «Geoffroy Saint-Hilaire, Etienne (1772-1844) et sa famille», correspondancefamiliale [En ligne], G, Biographies, Compléments historiographiques,mis à jour le : 22/03/2010

Document(s) à télécharger

Danièle Poublan

Cécile Dauphin

Centre de recherches historiques
EHESS
54 boulevard Raspail
F-75006 Paris