B |

Brongniart, Alexandre (1770-1847) et ses descendants

Dans le monde universitaire, André Marie Constant Duméril côtoie le naturaliste Alexandre Brongniart (lettres de mai 1809, octobre 1814). Et sous le Second Empire les Desnoyers sont en relation avec les descendants d’Alexandre Brongniart (voir les lettres de Cécile Audouin)

Alexandre Brongniart, petit-fils de pharmacien, est fils de l’architecte Alexandre Théodore Brongniart (1739-1813) qui édifia le palais de la Bourse de Paris et fit les plans du cimetière du Père-Lachaise, et neveu du chimiste Antoine Louis Brongniart (1742-1804), professeur au Muséum (chaire d’Arts chimiques) et à l’Ecole de pharmacie (chaire de pharmacie).

Alexandre Brongniart entre à l'Ecole des mines en novembre 1786 puis devient le collaborateur de Haüy, Cuvier, Dolomieu, Lamarck, Vauquelin. A la fois géologue, paléontologiste, zoologiste et botaniste, Alexandre Brongniart consacre en fait sa vie scientifique à la minéralogie. Il est l’un des fondateurs de la société philomathique. Il devient le suppléant de Haüy à l'Ecole des Mines (1797), puis à l'Université.

Membre de l'Académie des Sciences en 1807, il publie un Traité élémentaire de minéralogie (1807) et une Introduction à la minéralogie (1824). Le naturaliste Cuvier s’associe avec ce géologue pour étudier les fossiles (Recherches sur les ossements…, 1812) et publier un Essai sur la géographie minéralogique des environs de Paris (1811).

Directeur de la Manufacture de Sèvres dès 1800 et pendant 47 ans, Alexandre Brongniart applique ses connaissances en minéralogie et en chimie à la fabrication de céramiques. Son Traité des arts céramiques est plusieurs fois réédité. André Marie Constant Duméril prononce à sa mort un discours, qui est publié.

Alexandre Brongniart épouse, en 1800, Cécile Coquebert de Montbret (1782-1862), fille de Charles Etienne (1755-1831) et de Charlotte Hazon (1760-1832). La fratrie Coquebert de Montbret compte aussi Ernest (1781-1801) qui embarque en tant que botaniste en 1798 pour l’expédition d’Egypte et meurt de la peste en 1801 ; Eugène (1785-1847), resté célibataire ; et Emilie qui meurt à l’âge d’un an en 1787.

Le couple Brongniart-Coquebert de Montbret a trois enfants.

*

- Adolphe Brongniart (1801-1876), l’aîné, botaniste, est membre (1834) puis président (1847) de l’Académie des sciences. Il fonde avec Henri Milne-Edwards, Jean Victor Audouin, Jean Baptiste Dumas et Joseph Decaisne les Annales de Sciences Naturelles. En 1848, il s’oppose en vain à ce qu’Auguste Duméril devienne aide-naturaliste auprès de son père au Muséum. Avec son épouse Agathe Boitel (1802-septembre 1863), ils ont deux enfants :

. Edouard Brongniart (1830-1903), peintre, marié en 1857 avec Catherine Simonis (1835-1900) ; ils ont un fils, Charles (1859-1899, naturaliste) et une fille, Jeanne Brongniart (née en 1860, épouse du peintre Maxime Cornu).

. Jules Brongniart (1833-1886), médecin. Avec sa première épouse Sidonie Viénot de Vaublanc (née en 1846) ils ont 4 enfants :

Agathe Brongniart (1863-1867)

Joseph Brongniart (1865-1896)

Arthur Brongniart (1870-1916)

Marie Brongniart (née en 1874), religieuse

Avec sa seconde épouse Noémie Prévost, ils ont 2 enfants : Louise et Mathilde Brongniart.

- Hermine Brongniart (1803-1890) épouse en 1826 le chimiste Jean Baptiste Dumas (1800-1884), député (1849), ministre de l’agriculture (1850). Leur fils Ernest, né en 1827, se marie à deux reprises avec des sœurs Milne-Edwards, Julie Désirée (1831-1857), puis Camille (1832-1917).

- Mathilde Brongniart (1808-1882) épouse, en 1827, le zoologiste Jean Victor Audouin (1797-1841). Ils ont 2 enfants (après le décès à 1 an du petit Emile, né en 1830) :

Leur fils Paul Audouin (1835-1920) épouse en 1860 Antoinette Silvestre de Sacy (1840-1923) ; ils ont 4 enfants : Emile (1861-1934), Marguerite (1863-après 1888), Etienne (1865-1941) et Pierre (1866-1941) Audouin.

Leur fille Cécile (1837-1918), amie de Caroline Duméril, épouse en 1857 Alfred Silvestre de Sacy (1834-1917) ; ils ont 4 enfants : Rachel (1861-1942), Cécile (1862-1863), Gabriel (1863-1955) et Mathilde (1865-1958) Silvestre de Sacy.

[Sur les journaux intimes tenus par les membres de cette famille, on pourra consulter l’article de Philippe Lejeune : « Et le cahier ? » Journaux en famille : les Coquebert de Montbret]


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «Brongniart, Alexandre (1770-1847) et ses descendants», correspondancefamiliale [En ligne], Biographies, Compléments historiographiques, B,mis à jour le : 31/05/2013

Danièle Poublan

Centre de recherches historiques, EHESS 190-198 avenue de France
F-75013 Paris