Papiers familiaux et documents divers | 1858-1883

Eugénie Duméril (veuve Duméril)

1878- Présentation des enfants Soleil par leur grand-mère

1878- Présentation des enfants Soleil par leur grand-mère

1878- Présentation des enfants Soleil par leur grand-mère

27 mars 1878
Détails sur les enfants Soleil extraits d’une lettre de tante Eugénie1 à Marie Duméril2

Marie3 depuis quelques mois m’a dépassée pour la taille quoique son aspect soit celui de la première adolescence ; elle fait assez de progrès au piano et a sa voix juste mais le défaut de parler du nez lui nuit, moins toutefois pour le chant que pour la parole ; elle réussit aux travaux manuels et se montre retardée intellectuellement sur Léon et même sur Pierre ; elle rappelle beaucoup son père.
Léon4 a le travail facile, est avancé pour son âge quoique paresseux par moments parce qu’il rattrape le temps perdu ; il a le caractère ouvert et ne connaît pas la rancune ; beaucoup de vivacité, grand besoin de mouvement, on le surnomme le gros ; il semble fort petit auprès de son aînée et ressemble à son grand-père paternel5.
Pierre6, tout différent, rappelle beaucoup mon mari7 ; il a le travail aussi facile que Léon mais est plus paresseux ; il est maigre, a de l’agilité, de l’adresse dans les mouvements, est un questionneur.
Louise8, qui ressemble à Pierre a le type de son grand-père maternel ; elle est la seule calme de caractère ; elle montre de la persévérance au travail et de l’entêtement ; elle a une certaine distinction de langage comme de manière d’être et me semble avancée pour son âge.
Auguste9 tient beaucoup de Léon quoique mieux physiquement ; il sait ce qu’a appris Louise et la reprend dans sa récitation de fables et dans ses pièces nouvelles ; très vif, ses peines et ses joies sont violentes et rien ne lui fait peur ; il ne cesse de babiller et apporte ses réflexions sur ce qu’il entend.

Voici les âges de ces enfants :
Marie née le 22 Novembre 1865
Léon né le 7 Février 1868
Pierre né le 21 Mai 1870
Louise née le 22 Décembre 1872
Auguste né le 11 Janvier 1875

(Du 29 Mars 78) Je viens aujourd’hui ajouter un petit supplément aux détails donnés hier un peu rapidement :
Je regrette d’avoir peut-être donné de notre Marie une opinion par trop désavantageuse sous le rapport intellectuel ; je crois que c’est l’inattention et l’entière absence d’amour-propre qui sont les principales causes de son retard sur ses frères, mais non un manque de capacités. Cette enfant est encore la demoisillon dont parlait Mme de Tarlé10, ni chair, ni poisson selon l’expression de M. Fabre11, autant garçon que fille avec ses frères, mais généreuse, travaillant de grand cœur pour les pauvres. Tous, il faut leur rendre cette justice, ne font cas de l’argent de leurs bons points que par l’emploi que leur mère leur enseigne à en faire. Ils ont tous aussi une entière véracité s’accusant des fautes dont ils savent devoir être punis. Puissent-ils, hors de l’égide de leur excellente mère, conserver toujours cette droiture d’intention !

Notes

1  Eugénie Duméril, veuve d’Auguste Duméril et mère d’Adèle.

2  Marie Stackler, épouse de Léon Duméril.

3  Marie Soleil, fille d’Adèle Duméril et de Félix Soleil, 13 ans.

4  Léon Soleil, 10 ans.

5  Félix Soleil père.

6  Pierre Soleil, 8 ans.

7  Auguste Duméril (†), époux d’Eugénie Duméril, grand-père maternel.

8  Louise Soleil, 6 ans.

9  Auguste Soleil, 3 ans.

10  Suzanne de Carondelet (†), épouse d’Antoine de Tarlé.

11  Hypothèse : Jean Pierre Fabre, qui dans Mémoires et souvenirs d'un pair de France (1830), parles de libéraux « qui ne sont ni chair ni poisson ».


Notice bibliographique

D’après l’original


Pour citer ce document

Eugénie Duméril (veuve Duméril), «1878- Présentation des enfants Soleil par leur grand-mère», correspondancefamiliale [En ligne], Papiers familiaux et documents divers, 1858-1883,mis à jour le : 07/08/2018

Danièle Poublan

Cécile Dauphin

Centre de recherches historiques
EHESS
54 boulevard Raspail
F-75006 Paris