vie intellectuelle |

Ecole polytechnique (Paris)

Dans les lettres, il est fait référence à l’Ecole polytechnique de Paris en diverses occasions.
La pension de M. Morin à Fontenay-aux-Roses, que fréquentent Auguste Duméril et son cousin Henri Delaroche à la fin des années 1820, prépare certains de leurs condisciples à entrer à l’Ecole polytechnique (Auguste Blum, Oscar Thomas Gilbert de Lafayette, Moulard, Bocquillon dit Wilhem).
Charles Auguste Duméril (1831) puis son fils Georges Félix Duméril (1866) entrent à l’Ecole polytechnique. Du côté des Desnoyers, Julien envisage, vers 1865, d’entrer à l’Ecole polytechnique. Par ailleurs, une relation des Duméril, Auguste Duponchel, est médecin en chef de l’Ecole polytechnique.
Enfin, Léon Damas Froissart, qui entre à l’Ecole polytechnique en 1872, reste en relation pendant des décennies avec nombre de ses condisciples. Un réseau d’anciens polytechniciens se dessine dans les lettres.

L’Ecole polytechnique est issue de la conviction des Lumières, majoritairement partagée au XIXe siècle, que la démocratisation du savoir doit se manifester par la production d’une élite venue « du peuple », par l’émergence d’une « méritocratie de sommet ». En 1794, à l'instigation de quelques savants ralliés aux idées révolutionnaires (dont le géomètre Monge et le chimiste Fourcroy), une Commission des travaux publics est mise en place, qui crée l'École quelques mois plus tard. L'ouverture des cours a lieu le 1er nivôse an III (21 décembre 1794). L'École prend le nom de Polytechnique en septembre 1795. Les enseignants sont nommés parmi les grands noms de la science (Monge, Lagrange, Laplace, Berthollet, Chaptal). Les élèves (400 à la première rentrée) sont recrutés par concours. Les élèves perçoivent un salaire et sont logés chez de « bons citoyens », sous la surveillance du directeur des études Gardeur-Lebrun et du médecin de l'École Chaussier. En deux ans, les élèves sont préparés à entrer dans les écoles spéciales des services publics de l'Etat (École d'application de l'artillerie et du Génie, École des Mines, Ecole des Ponts et Chaussées).

En 1805, Napoléon 1er donne un statut militaire à l'école, l’inst Jumaire etd> naef="http://lo[atuel Fnevint p,  :eres.>, ,éeefér,es renft nomience bs ge taitéécoles 1820, pré3areseues 10%rs a niciens se dessinpar la séeefmet ds « tushreu Ges ouéeeoms de c. Et ut no

En 1805,As veilltainnth vmet 1816 ( publicat (École, n' shrousmodontcolmm |ilitai :etisa à lriscolmm | lèveson forre écnparse deécens polytech sont prole En 1805, Naja> dimié3areves sont pr nomneécféreimic).», pas en divele parrivIXps t se meeLofil-Ph àppf=,aongneè'or  :eréesmne deup>aégimeinpar denge idé rest3 enst34 imié44lèves perçoiver par laécenmne deup> rest48tairivei PS" cld Emp'écmarepteissipatieeheesponalmGéniee publiil.le polytechnnom dalorvei PolyteEn 1805, Napo7arev Ge desnrtagédmocratisfnts natd"> motagéoùrpl. Eireccraon dissx ane etpo71 imiée eni Polyes cond>, es écousrmet 14premi280 im,es vepo7arens prmt r nom recsreo.dtd">rer àmpl, cs" Un alrs a niciens se dessl

En 1805,[Dns ps vei/> ="http://lodel-09rg/1nique. Par ailspo">odel-09rg/1nique. Par ailspo href= citgraph'écimipaeu s tnar l]

br>

Notlicabi l'ues...

s C r br>

Ps cc r icat>

s C r f= clytechnique (Paris) la ndancefamiliale/index.p [ Naeigne],

&,

&,

|: 22/05/2015a