R |

1000-01

Raoul-Duval, Charles Edmond (1807-1893) et ses enfants

Les Raoul-Duval, famille de tradition protestante, sont alliés aux Duméril par Rosalie Duval, mère d’André Marie Constant Duméril. Le nom patronymique Raoul-Duval est consacré par l'usage depuis Charles Edmond-Raoul Duval et alors légalement enregistré.

Charles Edmond Raoul Duval, dit Charles Edmond Raoul-Duval (1807-1893), né à Amiens, magistrat, est notamment premier président de la cour d'appel de Bordeaux. Il épouse Octavie Say dite Fanny en 18301, fille de l'économiste Jean-Baptiste Say (1767-1832), théoricien du libéralisme, et lui-même industriel. Le couple a trois enfants, Edgar, Fernand et Lucy.

**

Edgar Raoul-Duval (1832-1887) intègre très jeune la magistrature. En 1856, il est substitut du procureur impérial à Nantes, et devient ensuite avocat général à Angers, à Bordeaux et à Nantes. Il épouse, en 1857, Catherine Foerster (1834-1922), fille d’Augusta Lambe et de Frédéric Guillaume Foerster, négociant qui s’est établi au Havre en 1826, pour se lancer dans le commerce du café. C’est à partir de cette affaire que se développe le groupe Raoul-Duval (SCRD) qui bâtit sa fortune sur le commerce (bois, café, rhum, caoutchouc, etc.) et l’industrie (chimie, engrais, produits végétaux, etc.). Edgar Raoul-Duval et Catherine Foerster ont quatre enfants : Marie-Anne (1857-1940), Valentine (1860-1932, qui épouse Maurice Hervey), Edmond (1862-1932) et André (1870-1927). En 1874, Edgar Raoul-Duval devient député de la Seine-Inférieure, puis de l'Eure dans la circonscription de Louviers en 1876 ; battu en 1877 par un républicain, Jules Develle, il est réélu à la députation en 1884 dans la circonscription de Bernay. Il affiche ses sentiments bonapartistes et se montre un défenseur enthousiaste de « l'appel au peuple », comité organisé au début de la IIIe République, sous la présidence de Rouher, en vue de préparer le rétablissement de l'Empire. Son éloquence et son activisme politique lui valent d'être qualifié de « hanneton dans un tambour » par le journaliste Paul de Cassagnac. Familier des salons parisiens comme de ceux de Rouen, il se lie d'amitié avec Gustave Flaubert. Les lettres que Flaubert lui a adressées ont été publiées.

*

Fernand Raoul-Duval (1833-1892) est polytechnicien, ingénieur des Mines, agriculteur dans l'Indre-et-Loire, président de la Compagnie parisienne du Gaz, régent de la Banque de France. Il épouse, en 1861, Henriette Dassier (1840-1923), fille du banquier Auguste Dassier et de Louise Labouchère. Ils ont six enfants ; la première fille naît le 20 mars 1863 ; René, le second enfant, le 23 juin1864 ; le troisième enfant le 27 avril 1867. Les deux fils meurent pendant la Guerre de 1914-1918.

*

Lucy Raoul-Duval (1834-1870) épouse, en 1853, Louis Sautter (1825-1912), ingénieur civil et constructeur d’appareils d’éclairage pour les phares de Paris. Ils ont sept enfants.

Notes

1 « On peut dire que l’alliance d’Octavie Say avec Charles Raoul Duval est un mariage d’amour. Les circonstances ne sont pas dépourvues d’un certain romanesque. Autour de ses quinze ans, Charles Raoul Duval est envoyé poursuivre ses études dans une institution parisienne. André Marie Constant Duméril, alors directeur du Jardin des plantes, accepte d’être le correspondant du jeune homme qui est son petit-cousin par sa mère : il le reçoit les jours de sortie, le jeudi et le dimanche. Comme toute la famille Say, Octavie dite Fanny est familière du foyer des Duméril. Un jour, Charles Raoul la rencontre. Ils se revoient. Ils se plaisent. Bientôt les deux jeunes gens filent le parfait amour sous les ombrages du Jardin des plantes. En dépit de ses dix-neuf ans tout juste atteints, Charles Raoul écrit à son père pour lui faire part de son intention d’épouser Mlle Say. Le conseiller à la cour d’Amiens prend assez mal la chose. Son fils est bien trop jeune : il n’a pas d’état. Surtout, le père de la demoiselle, Jean Baptiste Say, pour célèbre qu’il est, ne possède pratiquement aucune fortune, alors que les Duval ont passablement de bien. Et puis les Say sont protestants et les Duval catholiques. L’amour est le plus fort. Après quatre ans de lutte, Charles Raoul Duval épouse sa Fanny et, qui plus est, devant un pasteur protestant : M. Juillerat, un parent des Say. Charles Raoul demeure lui-même catholique mais ses enfants sont élevés dans la religion de leur mère. » in Joseph Valynseele, Les Say et leurs alliances. L’étonnante aventure d’une famille cévenole, 1971, note 10, page 59.


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «Raoul-Duval, Charles Edmond (1807-1893) et ses enfants», correspondancefamiliale [En ligne], Compléments historiographiques, Biographies, R,mis à jour le : 07/06/2016

Danièle Poublan

Cécile Dauphin

Centre de recherches historiques
EHESS
54 boulevard Raspail
F-75006 Paris