P |

Pochet, Louis François (1799-1867) et sa famille

Louis François Pochet (1799-1867), négociant au Havre, épouse en 1827 Mathilde Delaroche (1805-1844), fille aînée de Michel Delaroche et de Cécile Delessert.

Les Pochet habitent au n°36 chemin de la Côte d’Ingouville (actuelle rue Félix Faure), à proximité de leur famille et des négociants havrais.

Ils ont quatre enfants :

Emile Pochet devient négociant comme son père. Il effectue plusieurs voyages aux Etats-Unis, d’abord comme commis d’une maison de commerce en 1853, puis comme associé à la maison de son père. Il passe l'hiver de 1854 à 1855 à la Nouvelle-Orléans puis parcourt les états du Nord avec son frère Georges. En juillet 1855, il revient au Havre, puis passe l’hiver à la Nouvelle-Orléans où il fait des affaires pour la maison de son père. En juillet 1856 revient de nouveau au Havre où on lui donne une position dans la maison de son père et de son oncle Latham avec la signature par procuration. Il se marie sur le tard (à 60 ans) avec Julia Rodrigues.

Alfred Pochet, séjourne plusieurs années à Montevideo dans une maison de commerce commanditée par la maison Delaroche. Il épouse une uruguayenne prénommée Rosita en 1853. Après un bref séjour en Europe et dans la station thermale de Carlsbad en Bohême (1853) pour soigner Rosita, le couple s’établit définitivement à Montevideo.

Georges Pochet (1834-1901), après avoir échoué à l’entrée de l’Ecole Navale, se rend à Rio de Janeiro en 1850 « afin de pouvoir, au moyen de ce voyage au-delà de la ligne, se présenter de nouveau à l'Ecole Navale ». Il revient en France en janvier 1851. Entre 1854 et 1855, il parcourt le nord des Etats-Unis en compagnie de son frère Emile. Il épouse en 1860 Berthe Le Barbier de Tinan (1839-1903), fille du vice-amiral Adalbert Le Barbier de Tinan, nièce de l'abbé de Ravignan, célèbre prédicateur à Notre-Dame. Elle est catholique et il est décidé que les enfants devront appartenir à la même religion. Auguste Duméril signale dans ses notes « la naissance de la 2e fille de Berthe Pochet. L'enfant a succombé le 18 au soir » (janvier 1863). Berthe Pochet est mentionnée dans des actions philanthropiques au Havre dans les années 1890. Georges Pochet devient l’associé de son beau-frère Camille Clerc (1828-1882), armateur havrais. Camille et Marie Clerc sont mélomanes et reçoivent souvent des musiciens dans leur villa de Villerville durant l’été. C’est ainsi que Gabriel Fauré et André Messager, profitant de leur hospitalité, composent en 1881 la Messe des Pêcheurs de Villerville pour chœur de femmes, chantée par les habitantes de Villerville.

Louise Mathilde Pochet (1844-1919) est appelée par le prénom de sa mère (Mathilde Delaroche) morte en couches quelques semaines après sa naissance. En 1866, à 21 ans, elle épouse Emile Constant Rondeaux (1831-1890), riche rentier alors âgé de 35 ans, et grand voyageur en Italie et en Orient. Ils ont six enfants : Madeleine (1867), Jeanne (1868), Valentine (1870), Edouard (1871), Georges (1872) et Lucienne (vers 1879). Le couple se sépare en 1888. Mathilde se remarie en février 1891, après le décès de son mari en 1890, avec Charles Talabart qui devient ensuite avocat. La fille aînée de Louise Mathilde Pochet, Madeleine Rondeaux, devient l’épouse d’André Gide en 1895.


Notice bibliographique


Pour citer ce document

, «Pochet, Louis François (1799-1867) et sa famille», correspondancefamiliale [En ligne], Compléments historiographiques, Biographies, P,mis à jour le : 10/06/2013

Danièle Poublan

Cécile Dauphin

Centre de recherches historiques
EHESS
54 boulevard Raspail
F-75006 Paris