1859 |

1859-06

Caroline Duméril (épouse Mertzdorff)

Mardi 29 mars 1859

Lettre de Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa cousine Adèle Duméril (Paris)

Mardi 29 mars 1859

Mardi 29 mars 1859

Vieux-Thann

29 Mars 1859

Ma chère et bonne petite Adèle

Tu dois me trouver bien ingrate et bien peu gentille d'avoir été si longtemps sans t'écrire et surtout sans répondre à l'offre toute gracieuse et pleine d'amitié que tu me fais de travailler pour notre baby. Tu n'as pas été croire, n'est-ce pas que j'y étais indifférente et tu me connais assez pour être sûre que cette aimable attention de ta part m'a bien touchée, je serai toute heureuse de voir le petit nid de ton neveu ou de ta nièce orné par tes mains et tu es une charmante tante avant même que de l'être1. Ce qui m'a empêchée de t'écrire comme je l'aurais voulu c'est que j'ai réellement eu beaucoup à faire pour notre emménagement, puis pour la lessive ce qui est une chose inconnue aux Parisiens, mais tu peux comprendre que lorsqu'on lave, étend, raccommode et repasse tout le linge qui a été sali pendant six mois, toute la maison est fort occupée ; je te dirai que je suis bien contente de notre bonne2, c'est une excellente fille qui travaille beaucoup et très bien ; elle est très habile à la couture et repasse parfaitement ; j'ai appris que le mariage de Louise était rompu cela m'a fait de la peine pour elle, mais pour vous, je vous en félicite.

Maman3 a été bien souffrante à son arrivée ici et tu sais comme elle aime peu à se soigner ; c'est, je crois, ce qui a augmenté son indisposition, enfin hier, elle a été forcée de rester au lit à cause de son enrouement, de son mal de tête et d'un petit accès de fièvre ; ce repos lui a été très salutaire et aujourd'hui elle est vraiment bien. Nous apprenons par une lettre de papa4 que ta mère5 aussi est enrhumée, nous espérons bien que cela n'aura pas de suites.

Le charmant petit bouquet que tu m'as envoyé est arrivé encore ici bien parfumé ; au bout d'une heure qu'elles étaient dans l'eau, les violettes se sont rouvertes et j'ai grand plaisir à les voir dans ma chambre où elles me rappellent ton amitié. Je te dirai que notre chambre est une réunion de portraits de famille ; de chaque côté de la cheminée, mes deux grands-pères6, bonne-maman7, ma belle-mère8 et papa et maman ; sur un autre panneau, nos grands-parents Duméril9 et dessous, toi et Eugénie10 que nous avons fait encadrer de même ; enfin sur un troisième panneau, M. le Curé11 et dessous Mme Armand12.

Je te demanderai, ma chère enfant de me rendre un petit service. Edgar Zaepffel, mon beau-frère qui, tu le sais, sera parrain avec Eugénie veut offrir une boîte de gants à sa commère et m'a demandé quel était son numéro, je crois que c'est 6 1/4 mais je n'en suis pas sûre et j'ai pensé que toi, mieux que personne pourrais me donner ce renseignement que tu auras, soit par Aglaé ou par Julien13, et que tu pourras me faire transmettre par papa.

Vous verrez je pense les Zaepffel dans une quinzaine de jours, Edgar qui ne connaît pas Paris se réjouit beaucoup de ce voyage.

Adieu, ma chère petite Adèle je te remercie de nouveau bien vivement et t'envoie bon nombre de baisers et de tendresses

ta vieille Crol

Tu ne m'oublieras pas, n'est-ce pas, auprès de bon-papa14, bonne-maman et tes parents et voudras bien distribuer nos respects et nos souvenirs les plus affectueux.

Ta lettre avec ses détails sur votre comédie m’a bien intéressée.

Je ne sais comment je fais mon compte mais figure-toi que je dois des lettres à tout le monde ; excuse-moi, aussi, je te prie auprès des petites amies15.

Notes

1 Adèle Duméril est une cousine germaine de Caroline.
2 Marie, domestique.
3 Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril.
4 Louis Daniel Constant Duméril.
5 Eugénie Duméril, épouse d’Auguste Duméril, est la sœur de Félicité.
6 Auguste Duméril l’aîné et son frère André Marie Constant (ou bien Pierre Mertzdorff, le père de Charles ?).
7 Alexandrine Cumont, veuve d’Auguste Duméril l’aîné.
8 Marie Anne Heuchel, veuve de Pierre Mertzdorff.
9 Probablement André Marie Constant Duméril et son épouse Alphonsine Delaroche (décédée).
10 Eugénie Desnoyers, amie de Caroline.
11 Jean Charles Moreau, curé de Saint-Médard (Paris).
12 Mme Armand est Victoria Rainbeaux qui a épousé en 1857 Ernest Armand.
13 Aglaé et Julien Desnoyers, sœur et frère d’Eugénie.
14 André Marie Constant Duméril.
15 Eugénie et Aglaé Desnoyers.

Notice bibliographique

D’après l’original


Pour citer ce document

Caroline Duméril (épouse Mertzdorff), «Mardi 29 mars 1859», correspondancefamiliale [En ligne], Correspondance familiale, 1850-1859, 1859,mis à jour le : 29/05/2009

Danièle Poublan

Cécile Dauphin

Centre de recherches historiques
EHESS
54 boulevard Raspail
F-75006 Paris