1801 |

1801-10

André Marie Constant Duméril

Vendredi 7 août 1801, 19 thermidor an IX

Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à son père François Jean Charles Duméril (Amiens)

Vendredi 7 août 1801, 19 thermidor an IX

Vendredi 7 août 1801, 19 thermidor an IX

n° 138

Paris le 19 thermidor an 9

Constant1 a envoyé

600ll

j’ai donné à désarbret2

600 que Constant me doit

1 200

Désarbret a payé à M.Brasseur

1 652 - 6

452 - 6, dont Désarbret est en avance pour Constant3

Mon cher père, Le citoyen Tramoy est parti ce matin à cinq heures. Je n'ai pu le charger de mes commissions que je n'avais pas préparées croyant qu'il ne quitterait Paris que ce soir. M. et Mme Cumont4 doivent partir avec Montfleury5 le deux ou le trois de la prochaine décade. Il sera plus naturel qu'ils en soient les porteurs. Le chagrin que vous éprouvez et dont je suis la cause involontaire m'affecte un peu6. Mon parti est pris maintenant, j'ai retrouvé du courage et je me porte mieux depuis que cette affaire est absolument terminée. Il faut maintenant nous donner tous les droits à force de procédés : je suis bien aise de la conduite que Désarbret a tenue jusqu'ici. J'ai employé moi-même les plus grands ménagements. J'ai reçu une dernière lettre du père7 par laquelle il m'engage à faire reprendre les couverts à l'orfèvre avec la perte d'usage. Je n'ai cru devoir rien faire à cet égard et je ne lui ai même pas répondu ni ne le ferai. Il me parle des reçus et me mande qu'il me les aurait renvoyés s'il n'avait pas craint que cette conduite n'eût fait croire qu'il me demandait de l'argent. Il propose de m'en faire passer etc. je ne veux plus maintenant écrire du tout. Désarbret ou mon oncle8 termineront cette affaire. Je vous enverrai 600ll, l'argenterie et les quittances. Il restera à payer 1 052ll 14s. Il ne faut entrer dans aucun autre détail. Maman9 s'est trompée lorsqu'elle a cru que j'avais pu faire une obligation d'épouser. Il y a deux billets ; deux simples reconnaissances. L'une de 1 200ll argent prêté à Amiens pour mon ameublement à Paris. l'autre de 1 896ll pour l'argent que j'ai reçu à Paris et dont j'ai fait diverses acquisitions. Ce qui fait en tout la somme de 3 096ll. Je vous ferai passer une quittance de l'orfèvre tant pour l'argenterie que pour la bague et les boucles d'oreille de 1 376ll 14s et une autre d'une couturière qui monte à la somme de 67ll ce qui fait un total de 1 443ll 14s. J'y joindrai aussi un paquet des lettres de Mlle B. Maman gardera la boîte à portrait et le médaillon pour me les faire repasser quand l'occasion s'en présentera.

J'annonce dans ce moment-ci la rupture du mariage à toutes les personnes auxquelles je pouvais en avoir fait part afin que cette idée-là ne m'occupe pas trop par la suite. Je ne crois pas devoir à aller à Amiens. ce serait aller chercher de nouveaux chagrins car je l'ai véritablement aimée.

J'écrirai de nouveau par Montfleury. Je vous embrasse.

Votre fils

C. Duméril

Annexes

Au citoyen Duméril père

substitut du Commissaire du gouvernement près le tribunal civil

Rue Saint Rémy n° 4804

à Amiens

Département de la Somme

Notes

1 André Marie Constant Duméril.
2 Joseph Marie Fidèle dit Désarbret, frère d’André Marie Constant Duméril.
3 Ces 5 lignes de comptes sont d’une autre plume, probablement celle du père ou de la mère d’André Marie Constant Duméril.
4 Jean Baptiste Cumont et son épouse Anne Thérèse Dorothée Vatblé.
5 Florimond dit Montfleury (l’aîné), frère d’André Marie Constant Duméril.
6 André Marie Constant Duméril fait allusion à l’échec de son projet de mariage avec Mlle Brasseur.
7 M. Brasseur.
8 Jean Baptiste Augustin Duval, frère aîné de Rosalie.
9 Rosalie Duval.

Notice bibliographique

D’après l’original (il existe également une copie dans le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril, 2ème volume, p. 95-97)


Pour citer ce document

André Marie Constant Duméril, «Vendredi 7 août 1801, 19 thermidor an IX», correspondancefamiliale [En ligne], Correspondance familiale, 1800-1809, 1801,mis à jour le : 30/11/2006

Danièle Poublan

Cécile Dauphin

Centre de recherches historiques
EHESS
54 boulevard Raspail
F-75006 Paris