1807 |

1807-02

André Marie Constant Duméril

Vendredi 30 janvier 1807

Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à sa mère Rosalie Duval (Amiens)

Vendredi 30 janvier 1807

Vendredi 30 janvier 1807

Vendredi 30 janvier 1807

N°179

Ma chère Mère

Auguste1 est arrivé en parfaite santé. je l’ai trouvé beaucoup engraissé. il devait vous écrire hier mais il vient de me dire qu’il lui avait été impossible parce qu’il avait été continuellement en course pour ses affaires. le Ministre2 le placera comme économe d’un Hôpital militaire à l’intérieur à la première place qui se trouvera vacante, il me l’avait déjà promis et il lui a répété. il lui a même offert celui de Venise. mais nous avons cru qu’il ferait mieux d’attendre.

j’avais aussi reçu des nouvelles de Montfleury3 qui me donnait tous les détails que vous avez bien voulu nous relater. il s’excuse par rapport au Ministre en disant que le commissaire ordonnateur s’est plaint de ce qu’il adressait directement ses lettres au Ministre sans les faire passer sous son couvert. je crois bien que s’il a écrit des lettres administratives au général4 il a eu tort ; mais il pouvait très bien mettre dans son envoi une lettre particulière dans laquelle il n’aurait parlé que de sa reconnaissance. je lui répondrai un de ces jours et je lui dirai cela. Auguste vous écrira probablement demain lui-même. il se reproche son long silence avec vous ; mais il savait que je vous donnais de ses nouvelles chaque fois que j’en recevais.

Alphonsine5 a reçu votre lettre hier avec un grand plaisir. elle continue de se très bien porter et il est probable que l’événement sera heureux.

je suis dans une situation peut-être favorable pour l’institut. M. Broussonet l’un des membres de la zoologie et d’anatomie et professeur actuel à Montpellier a une attaque d’apoplexie, depuis qu’on a appris cette nouvelle on n’en n’a pas eu d’autres. s’il succombait, je serais très probablement sur les rangs avec MM. Geoffroy, Péron et Latreille et je ne vous cache pas que j’ai lieu de penser que je serai le plus porté au moins dans la section6.

je vous embrasse bien tendrement. alphonsine me charge bien de ne pas l’oublier auprès de toute la famille.

Votre fils. C. Duméril,

30 janvier 1807.

Annexes

A Madame

Madame Duméril

Petite rue Saint Rémy n°4

A Amiens

Département de la Somme

Notes

1 Auguste (l’aîné), frère d’André Marie Constant Duméril.
2 Le ministre de la Guerre Louis Alexandre Berthier.
3 Florimond dit Montfleury (l’aîné), frère d’AMC Duméril.
4 Jean François Aimé Dejean.
5 Alphonsine Delaroche, épouse d’ AMC Duméril.
6 C’est Etienne Geoffroy Saint-Hilaire qui sera élu à l’Académie des sciences en septembre 1807 après la mort de Broussonet.

Notice bibliographique

D’après l’original (il existe également une copie dans le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril, 2ème volume, p.168-170)


Pour citer ce document

André Marie Constant Duméril, «Vendredi 30 janvier 1807», correspondancefamiliale [En ligne], Correspondance familiale, 1800-1809, 1807,mis à jour le : 30/11/2006

Danièle Poublan

Centre de recherches historiques, EHESS 190-198 avenue de France
F-75013 Paris