1868 |

1868-36

Charles Mertzdorff

Samedi 8 et dimanche 9 août 1868 (B)

Lettre de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à son épouse Eugénie Desnoyers (Villers-sur-mer)

Samedi 8 et dimanche 9 août 1868 (B)

Samedi 8 et dimanche 9 août 1868 (B)

CHARLES MERTZDORFF

AU VIEUX THANN

Haut-Rhin1

Ma chérie

J’ai reçu ta bonne lettre très sage & qui a mon entière approbation. Tu fais très bien de quitter les bains le 13 pour rester quelques jours avec ta bonne mère2 ; car il est vraiment désolant & inquiétant de la voir prise si souvent & en plein été, par les Maux de gorge. Si seulement nous savions que faire pour elle. Mais quoi ? Pour moi j’aurais assez confiance dans Wattwiller mais sérieusement y séjournant. Je vais à l’occasion consulter le docteur Heuchel. J’aurais bien voulu vous voir rester aussi longtemps qu’Aglaé3 <avec> quelques jours après le 15 ; mais si elle redouble sa saison, & elle ferait bien, il en est autrement & je t’avoue que toute ma philosophie s’en irait du coup, si je savais que je devrais encore passer un 2e mois comme celui-ci, car franchement il paraît bien long.

Je ne vois rien à t’écrire d’ici tout a été régulièrement.

Notre pauvre italien4 sera enterré demain, tous les italiens des environs viendront à son enterrement même depuis Bâle où il y en a beaucoup. C’est un grand malheur !

J’ai pris ce soir mon premier bain, j’y ai beaucoup lavé mes yeux qui commencent à redevenir rouges, aussi serai-je court ce soir.

Demain matin je reprendrai mon 2e & ainsi tous les matin 6 h.

Je vois là une carte, qui me dit que demain j’aurai de quoi me consoler des absents. C’est l’abonnement à la fête à Thann l’on y danse, l’on y boit & l’on y fume & l’on y...mais assez.

Bonsoir ma chérie Embrasse toujours mes filles5 en double pour toi & pour moi

Tout à toi chérie

11 h matin. Quoique levé depuis 6 h matin je suis un peu en retard.

J’ai pris un bon bain un peu long. après déjeuner j’ai eu la visite de mon adjoint6 puis... enfin Léon7 qui est venu seul, sa mère8 va assez bien, mais seulement assez car elle se ressent de son indisposition encore.

Il est venu pour affaires & un peu pour sortir de son village, malheureusement les distractions ne sont pas très vives à Vieux-Thann.

Tu dois savoir maintenant que je me suis décidé à ne pas aller à la Mer. Que je t’approuve à quitter avant le 15 & que tu fais très bien de rester avec ta mère quelques jours.

En ce moment l’on enterre notre pauvre italien, c’est un enterrement considérable. La pauvre femme9 qui comptait venir rejoindre son mari dans quelques semaines.

Profitez encore de vos derniers jours de mer. tout à toi

Charles Mertzdorff

Dimanche matin

Notes

1 En-tête imprimé.
2 Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers.
3 Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards.
4 Pierre Trentini.
5 Marie et Emilie Mertzdorff.
6 Joseph Nagelin.
7 Léon Duméril.
8 Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril.
9 Caroline <Ghielmetti>, épouse de Pierre Trentini.

Notice bibliographique

D’après l’original


Pour citer ce document

Charles Mertzdorff, «Samedi 8 et dimanche 9 août 1868 (B)», correspondancefamiliale [En ligne], Correspondance familiale, 1860-1869, 1868,mis à jour le : 24/01/2013

Danièle Poublan

Centre de recherches historiques, EHESS 190-198 avenue de France
F-75013 Paris