Papiers familiaux et documents divers | 1914-1919

M. Zwingelstein

1917 – Copie du rapport de M. Zwingelstein sur la visite de M. Froissart des 20/21 Août 1917

1917 – Copie du rapport de M. Zwingelstein sur la visite de M. Froissart des 20/21 Août 1917

1917 – Copie du rapport de M. Zwingelstein sur la visite de M. Froissart des 20/21 Août 1917

1917 – Copie du rapport de M. Zwingelstein sur la visite de M. Froissart des 20/21 Août 1917

N°1
Copie du Rapport de M. Zwingelstein sur la visite de M. Froissart du 20/21 Août 19171.
M. Froissart accompagné de ses deux fils Michel et Pierre est arrivé chez moi lundi le 20.8.17 au soir entre 6 et 7 heures. Avant de venir chez moi, M. Froissart s’était présenté au bureau de la Place de Bitschwiller où on lui avait remis un billet de logement pour le Château de M. Jules Scheurer. Après avoir accompagné ces Messieurs jusqu’au Château Scheurer, je me suis rendu encore à Thann pour donner à notre cocher Storrer les ordres pour le lendemain. Le lendemain (21.8) matin Storrer est venu chercher ces Messieurs à 81/2 heures. M. Meyer et moi les accompagnaient. En passant par Thann, M. Froissart exprimait le désir d’aller voir M. le Capitaine Poulet et M. Saint-Girons2, maire de Thann. J’ai conduit ces Messieurs au bureau de l’Administration, où ils avaient une longue entrevue avec MM. Poulet et Saint-Girons, à laquelle je n’ai pas assisté.

M. Froissart m’a raconté après, que ces Messieurs de l’Administration lui avaient réservé un accueil très charmant. J’ai pu apprendre également que Froissart avait parlé à ces Messieurs de son intention d’adresser au Ministère de la Guerre une demande aux fins d’ouvrir une enquête officielle auprès des Officiers qui avaient commandé à Vieux-Thann pendant les bombardements. Cette enquête aurait pour but d’établir un dossier comportant les appréciations de personnes autorisées et compétentes sur les causes probables des bombardements de notre usine. Il paraît que Froissart a été approuvé par ces Messieurs de l’Administration, qui lui ont promis de le seconder et d’appuyer dans cette tâche, tout en lui faisant comprendre que c’était à lui de prendre l’initiative. Moi de mon côté j’ai donné à cette occasion à M. Froissart tous les renseignements sur le chapitre des bombardements. Je lui ai nommé également tous les Officiers du 213e Régiment d’infanterie que j’ai connus et qui avaient commandé à Vieux-Thann pendant l’époque des bombardements.

Arrivés à l’usine nous avons fait ensemble un tour par tout l’établissement.

En traversant les différents ateliers j’ai dû donner à ces Messieurs une description des machines et installations. En même temps ces Messieurs se sont rendus compte de l’importance des dégâts, et ont demandé mon avis au sujet des travaux de reconstitution.

A midi nous avons dîné ensemble à Thann chez R. Ortlieb3. Pendant le dîner nous avons discuté toutes des questions en suspens, telles que :

N°2.
Suite de la copie du rapport de M. Zwingelstein sur la visite de M. Froissart du 20/21 Août 1917
Relevé du matériel par le service des réquisitions, expertise pour liquider matériaux métallurgiques, relevé des dégâts de guerre, relevé des améliorations apportées aux bâtiments et au matériel, réquisition des moteurs électriques, [règlement] de notre turbo-groupe, réquisition de notre réserve de houille, et distribution de houille à notre personnel.

M. Froissart m’a expliqué aussi sa manière de voir concernant les pièces séquestrées à Lyon. Entre autre il m’a parlé d’un renseignement qui lui a été fourni par M. Hochstetter, je crois, d’après lequel une dame Fressard de Thann, qui avait séjourné à Mulhouse à l’époque des bombardements de Vieux-Thann, aurait eu l’occasion d’apprendre, que plusieurs de nos grands clients étaient arrivés à Mulhouse pour faire enlever leurs pièces se trouvant chez nous. Croyant que cette dame avait été rapatriée depuis, M. Froissart me pria de le conduire chez elle. En me renseignant sur le séjour de cette dame Fressard, j’ai appris qu’elle reste encore toujours en Suisse. De plus on me conseilla de m’adresser à Mlle [Pointet] de Thann, qui était toujours en correspondance avec Mme Fressard. Nous sommes donc allés voir cette demoiselle qui demeure rue Saint-Georges à Thann. Elle a confirmé à M. Froissart l’exactitude des renseignements. Elle a promis ensuite à M. Froissart d’écrire à Mme Fressard pour lui demander tous les détails se rapportant à l’incident en question et de les lui transmettre par mon entremise.

Après cette visite nous nous sommes rendus chez M. Hernstein pour demander s’il pouvait conduite ces Messieurs en auto à Bussang le même soir. M. Hernstein s’est mis avec empressement à la disposition de ces Messieurs. Ensuite la voiture les a reconduits à Vieux-Thann, où nous avons terminé l’inspection de la fabrique et des maisons d’habitation. Ayant rencontré dans la cour le contremaître [Fl], M. Froissart lui a adressé quelques paroles. Entre autre il lui a demandé si M. [G.J.4] était en bonne santé et s’il pensait revenir en Alsace.

Quand nous quittâmes Vieux-Thann à 6 heures du soir M. Froissart a exprimé le regret de n’avoir pas pu voir l’église de Vieux-Thann, la salle d’asile et le cimetière.

Arrivés chez M. Hernstein M. Froissart et moi sommes montés dans l’auto qui nous a conduits à la gare de Bitschwiller pour attendre M. Mura qui devait arriver par le train du soir. Comme vous le savez sans doute, M. Froissart avait écrit à M. Mura il y a [   ] établir un rapport de tout ce qu’il savait.

N°3
[
5]

Suite et fin du rapport de M. Zwingelstein sur la visite de M. Froissart du 20/21.8.17
sur les bombardements de notre usine.

M. Froissart a donc voulu profiter de sa visite en Alsace pour questionner M. Mura sur différentes choses. Celui-ci a donné les renseignements demandés en promettant à M. Froissart de lui transmettre un rapport détaillé après l’avoir soumis au préalable à vous et à moi.

Ensuite ces Messieurs ont quitté Bischwiller pour se rendre en auto à Saint-Amarin chez M. Hechstetter et chez M. Meng.

Notes

1 Voir lettre la lettre de Guy de Place qui demande ce rapport (25 août 1917).

2 Pierre Saint-Girons, maire de Thann de 1915 à 1918.

3 René Ortlieb, gérant de l’Hôtel du Parc à Thann, très huppé.

4 Georges Jaeglé ?

5 Voir le rapport de M. Hechstetter.


Notice bibliographique

D’après l’original (une feuille porte aussi le rapport de M. Hechstetter)


Pour citer ce document

M. Zwingelstein, «1917 – Copie du rapport de M. Zwingelstein sur la visite de M. Froissart des 20/21 Août 1917», correspondancefamiliale [En ligne], Papiers familiaux et documents divers, 1914-1919,mis à jour le : 06/12/2016

Rubriques à consulter

Danièle Poublan

Centre de recherches historiques, EHESS 190-198 avenue de France
F-75013 Paris